Poste d’adjoint(e) à la direction générale disponible –

 En savoir plus

Moncton (N.-B.) – 2004

Lors de la 9e Conférence ministérielle sur les affaires francophones, les ministres font un retour sur les dix dernières années de coopération intergouvernementale en matière de développement des communautés francophones et acadiennes et de francophonie canadienne en général. Les dix dernières années de la CMAF ont pavé la voie vers une coopération accrue et une véritable actualisation de la dualité linguistique au Canada.

La CMAF se dit être en mesure de répondre aux besoins des communautés et être un outil de concertation privilégié.

Adoption du Plan d’action intergouvernemental 2004 qui comprend sept secteurs d’intervention : la coopération intergouvernementale, la santé en français, la petite enfance, le développement culturel, le renforcement de l’espace francophone, l’accès à la justice en français et le développement économique des communautés francophones.

Trois présentations sont données. La première concerne le programme Dialogue Nouveau-Brunswick, qui vise à promouvoir la compréhension, le respect et l’appréciation entre les communautés francophone et anglophone du Nouveau-Brunswick. La deuxième touche la Fédération culturelle canadienne-française et propose aux ministres d’être des agents de liaison au sein de leur gouvernement, afin d’initier et d’encourager le dialogue entre le gouvernement et les organismes culturels. La troisième présentation est celle de la Fédération de la jeunesse canadienne-française, qui partage les recommandations issues du Forum jeunesse pancanadien tenu à Moncton.

Lors de cette conférence, les décisions suivantes ont été prises :

  • Redéfinir le mandat de la Conférence ministérielle et revoir la terminologie utilisée par la Conférence afin de mieux refléter toutes les réalités de la francophonie canadienne
  • Évaluer la pertinence d’une coprésidence entre les provinces, territoires et le gouvernement fédéral
  • Étudier la possibilité d’instituer une Journée nationale de la francophonie canadienne
  • Former un comité de travail qui veillera à assurer une progression plus rapide du renouvellement des ententes FPT en rencontrant le gouvernement fédéral à ce sujet
  • Déposer une demande officielle et concertée de la part des provinces et territoires au gouvernement fédéral, afin d’assurer un financement équitable et durable des programmes qui concernent la francophonie canadienne

Moncton (N.-B.) – 2004